Le café, notre meilleur ami ?



 

Lors de mon voyage au Laos, j’ai découvert un incontournable du pays, le café (à droite un “ice coffee” typiquement laotien). Il est parfois délaissé en faveur du thé, réputé meilleur pour la santé, mais ces effets positifs sur la santé sont souvent méconnus. Séance de rattrapage :

 

 

 

 

 

Le café diminue le risque de diabète de type 2

Boire du café quotidiennement réduit le risque jusqu’à 50% !
Le bénéfice devient important lors de 4 cafés par jour.

Comment ça marche?

Il n’y a pas que la caféine qui entre en jeu, mais plusieurs molécules (acide chlorogénique, anti-oxydant..) qui mis bout à bout génèrent cet effet : réduction de la glycémie, retard de l’absorption des glucoses, augmentation de la sécrétion d’insuline (hormone défaillante chez les diabétiques), et les anti-oxydants réduisent le stress des cellules. What else ?

A noter, pour les amateurs de café vert : il contient plus de polyphénols (anti-oxydants) que les autres car il n’est pas torréfié.

Le café diminue la survenue d’épisodes dépressifs

Et oui, boire du café rendrait “heureux”. En tout cas, les études récentes suggèrent une diminution jusqu’à 40% du risque de dépression chez les gros consommateurs de café.

Comment ça marche?

La caféine stimule la disponibilité des neurotransmetteurs, essentiel aux bons influx nerveux (en gros on augmente la sérotonine, l’hormone du bonheur).
D’autres composants vont avoir un effet anti-inflammatoire et effet anxiolytique.

Attention! Il semble que passer une certaine dose (aux alentours de 600mg/jour) , l’effet pourrait s’inverser et faire apparaître des troubles anxieux. Tout est question de dosage.

Le café vecteur de performance

On le savait déjà, mais les nouvelles études le démontrent une fois encore, le café augmente la vigilance.
Ainsi on observe une diminution des accidents de la route lors de conduites de longues distances de 63% chez les consommateurs de café !

Comment ça marche?

Dans notre système nerveux central, l’adénosine est essentiel. Elle libère des neurones. Son rôle, entre autres, est “d’inhiber les récepteurs cholinergiques et la transmission des glutamates” ! En plus simple, l’adénosine bloque l’état de veille. La caféine barre la route à l’adénosine, et ainsi permet de maintenir notre vigilance.

A savoir : ça fonctionne à condition de prendre 75mg de café par dose.

Le café réduirait le risque de maladie d’Alzheimer et de Parkinson

Certaines études ont démontrées la diminution de risques de démences dégénératives et des performances cognitives par une prise de café régulière. D’autres études n’ont pas réussi à trouver de lien bénéfique entre café et maladie d’alzheimer, mais pas d’effets négatifs pour autant :

Comment ça marche?

Plusieurs mécanismes se mettraient en route, dont notamment l’effet anti-inflammatoire et anti-oxydant du café.
Les études sont encourageantes !

Il en irait de même pour la maladie de Parkinson :

Plusieurs études sont unanimes sur l’efficacité du café sur la maladie, d’autres moins nombreuses n’ont pas trouvé de lien. Affaire à suivre !

Comment ça marche ?

Ici encore beaucoup de possibilités. La caféine agit comme un neuro protecteur et réduit donc la dégénérescence des cellules impliquées dans la maladie.

Une nouvelle molécule médicamenteuse, similaire à la structure moléculaire de la caféine, est d’ailleurs en phase d’étude dans l’indication de ces pathologies dégénératives.

Le café réduirait les risques de sclérose en plaque

On le doit à l’effet neuro-protecteur du café. Plusieurs études récentes montrent que cet effet intervient lors d’une prise d’au moins 4 tasses par jour.

Le café diminue le risque de certains cancers 

Plusieurs études démontrent l’effet positif du café face à certains cancers, ou aucune influence sur d’autres.

Comment ça marche?

C’est un anti-inflammatoire et un anti-oxydant puissant, il va limiter le stress cellulaire. Ces composants freinent l’évolution et les métastases de certains cancers (comme les hépatocarcinomes).
Par exemple, des effets bénéfiques ont été prouvés contre certains cancers du sein ou de la peau, et fortement suggérés contre les cancers de la prostate.

Le café comme anti-douleur

Le saviez vous? Plusieurs médicaments contre la migraine contiennent de la caféine en association avec un anti-douleur. La caféine va stimuler l’effet de l’anti-douleur utilisé.

Convaincu?

La liste n’est pas exhaustive, mais les bénéfices du café sont importants. Cependant, le café peut parfois être déconseillé chez certaines personnes et induire des effets indésirables :

Le café joue sur notre sommeil

Il induit un retard d’endormissement et altère la qualité du sommeil.
Forcément, si le café augmente la vigilance, il va perturber le sommeil si on le prend trop tard et chez les plus sensibles à la caféine.

Eviter le café après 16h, et favoriser les prises matinales.

Le café jouerait sur la fertilité des femmes ?

Alors attention, les études ne sont pas formelles, mais précisent une possibilité d’augmentation du durée de conception, ainsi qu’en cas de FIV.
D’autres recherches doivent encore être effectuées, et dans le doute, si vous cherchez à concevoir mesdames, limitez votre prise de café (les “délais” seraient augmentées après plus de 4 tasses par jour).
Par contre, le café est à proscrire ou à prendre à petite dose (maximum 200mg/j) lors d’une grossesse. Il augmente le risque de fausses couches, et peut altérer la croissance fœtale, surtout chez les grandes consommatrices !

Le café peut fragiliser les os

Seulement chez certaines catégories de personnes, comme celles ayant des faibles apports de calcium, ou chez les forts consommateurs, le café peut jouer sur la qualité des os. Prudence donc…

Le café et les problèmes cardio-vasculaires

Depuis des années, le café est l’ennemi public numéro 1 chez les personnes hypertendus ou ayant des antécédents cardio-vasculaire.
Les nouvelles études prouvent l’innocence du café sur la mortalité ou en cas d’AVC.
Concernant les infarctus du myocarde (IDM), les études sont controversées et les résultats ne sont pas tous les mêmes. Certaines d’entres elles concluent quand même sur une augmentation de la survenue d’IDM chez les consommateurs de café.

Et concernant l”hypertension?
Effectivement, le café peut légèrement augmenter la tension, mais cet effet disparait chez les consommateurs chroniques.

La dose de café journalière idéale

Cette dose est variable selon les facteurs de risques et la susceptibilité individuelle de chaque personne.
Une dose seuil de 400 mg chez l’adulte, et de 200mg chez la femme enceinte à été instaurée pour minimiser les risques et optimiser les effets bénéfiques.

A savoir :
La caféine interagit avec certains médicaments : anti-dépresseurs, anti-épileptiques ou anxiolytiques par exemple. Si vous avez un traitement, contactez votre pharmacien pour en parler avec lui.
De même, une attention particulière chez les adolescents (une cible marketing pour certains labo qui commercialisent des vitamines à base de caféine) est à prendre en considération.

Louise ♥

Source : Thèse du Dr Bonnin Anne-Laure, “autour du café”, 2016.

Partager si vous aimez !