Chouchouter votre intestin

La majorité de nos bactéries viennent de notre intestin. C’est bien beau de savoir l’importance de le soigner (article ici), mais ce que vous voulez savoir maintenant, c’est comment faire en pratique :

 

L’alimentation 

 

C’est la base et le plus efficace pour protéger votre intestin. Il faut soit favoriser les aliments qui sont déjà riches en bactéries (= probiotiques), soit les aliments stimulants le développement des bactéries dans notre intestin (=prébiotiques).

 

Les Prébiotiques contiennent des fibres comme l’inuline, non digérées par l’intestin. Ils vont servir de nourriture aux bactéries existantes pour qu’elles puissent se multiplier et assurer leurs fonctions de protection.

Dans quoi en retrouve-t-on ?

Artichaut, asperge, ail, oignon, avoine, poireau, chicorée, topinambour, patate douce, bananes (surtout le plantain), chocolat noir > 70% (2-3 carrés/jour)

 

Les Probiotiques sont eux-mêmes riches en bactéries. Ils vont s’ajouter aux bactéries existantes dans la flore intestinale. On en retrouve dans beaucoup de produits fermentés :

Dans quoi en retrouve-t-on ?

Choucroute, yaourt (surtout le yaourt à la grecque), fromage, cornichon, olive, soupe miso, tempeh, vinaigre de cidre (1 cuillère à soupe/jour).

 

Attention ! Si cela fait des années que vous êtes plutôt friand de pâtes et de pain blanc, votre intestin n’est pas habitué à assimiler en haute quantité ce genre d’aliments. Commencer doucement à manger ces aliments, sinon vous allez déclencher un festival…d’odeurs !

 

Les Probiotiques industriels : Eviter les pièges

 

Il n’y a pas assez de recul pour connaître l’effet exact des probiotiques sur notre intestin, et beaucoup d’entre eux ne contiennent pas assez de bactéries vivantes pour faire effet.

Cependant, certains probiotiques ont une efficacité remarquable sur les problèmes digestifs telle que constipation, diarrhées, et dans les maladies inflammatoires intestinales, où ils peuvent réduire la durée des symptômes.

Des cures sont bénéfiques (voire indispensable), après un traitement antibiotique, pour restaurer la flore vulnérable.

 

Comment choisir son probiotique?

 

Pour bien choisir son probiotique, il faut une quantité minimum pour un effet visible : au moins 5 milliards de bactéries par gélules.

Pour les personnes fragiles (personnes âgées, enfants, pathologies), mieux vaut se tourner vers les “Bifides“, par exemple les souches Bifidobacterium breve ou Bifidobacterium lactis, bien tolérées. Les lactobacilles sont plutôt destinés à des adultes sains, ou pour éviter la récidive d’infections type infection urinaire (Lactobacillus rhamnosus, Lactobacillus acidophilus…)

Quand les prendre ? Si possible le matin à jeun : les probiotiques sont détruits par l’acidité de l’estomac (qui augmente avec la digestion des aliments).

Préférez les conditionnements en poudres, assurant une meilleure conservation. 

 

Conseils au quotidien

 

  • Manger dans des zones calmes, en prenant votre temps : cela permet une meilleure digestion et augmente l’action des bactéries intestinales.
  • Roulez-vous dans la boue ! J’exagère, mais éviter de trop stériliser votre maison. Au contraire, habituez votre corps au contact des bactéries étrangères, cela renforce vos défenses immunitaires, et celles de vos enfants. Il faut un juste milieu.
  • Evitez les solutés hydro alcooliques, allergisants pour la peau. A part lors des épidémies ou si votre profession vous y oblige.
  • Ne prenez des antibiotiques que sur prescription de votre médecin. Ils réduisent vos bactéries intestinales, et laisse la place à de « mauvaises bactéries ».
  • Pour les mamans : privilégier l’allaitement, et le contact peau à peau avec votre bébé.
  • Manger des aliments anti-inflammatoires, qui vont protéger votre muqueuse intestinale : noix, poissons riches en oméga-3, légumes cuits, épices douces, curcuma..

 

Maintenant, vous n’avez plus d’excuses pour avoir un intestin au meilleur de sa forme !

 

Louise ♥

 

 

Partager si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *